[Avril en Album] Ne nous mangez pas ! Ruby Roth

Chronique réalisé dans le cadre du challenge "Avril en Album" crée par Pilealire.


Un album accessible dès 5 ans, ma puce avait 4 ans quand je lui ai lu.

Si vous ne le savez pas encore, voici un an que j'ai transité vers une vie végétarienne. Pourquoi ? Parce que j'ai ouvert les yeux sur ce que je suis vraiment. Une personne qui rechigne à faire le moindre mal à un animal.

Comment je m'en suis rendu compte ? Au moment même où une personne de mon entourage a décidé, du jour au lendemain, à devenir végane. Cette volte-face soudaine m'a sorti de mon train-train quotidien et m'a fait posé des questions sur ce qu'allait être sa vie à présent. Comment allait-elle s'organiser pour les repas ? Voilà ce qu'a été ma première question. Au lieu d'aller lui demander, j'ai fait mes propres petites recherches et j'ai été agréablement surprise de constater qu'il existait des blogs et des chaînes Youtube qui proposaient des recettes familiales, rapide et simple. Trois mots qui me parlaient.

De fil en aiguille, j'ai appris la condition du bétail dans les abattoirs. De certaines primes que les éleveurs pouvaient recevoir dans certaines conditions [que je tairais sur ce blog, car il n'est pas dédié à ce sujet. Je vous mets un lien ici, si le sujet vous intéresse] et qui m'ont complètement révoltée, scandalisée. Je ne le savais pas encore, mais à ce moment-là, j'avais déjà franchis le point non-retour ; j'avais déjà décidé de diminuer ma consommation de viande.

Et enfin, je me suis posé une simple question : que suis-je prête à faire pour nourrir ma famille, dans un monde où le système de l'industrie alimentaire n'existe pas/plus ?

Simple comme bonjour. Je suis prête à récolter, cueillir, cultiver mais pas tuer. Alors, pourquoi accepter que d'autres le fassent à ma place ?

Voici, le début de mon végétarisme. Ensuite, mon homme m'a suivi après une semaine de flexitarisme. Et mes petits aussi.

Vu que nous vivons dans une société majoritairement omnivore, il me semblait important de trouver une manière douce (non violente) pour expliquer à ma fille « pourquoi nous ne mangeons plus de viande ? ». C'est là que Magalie, de la chaîne Cherry Pepper, a répondu à mon interrogation dans une vidéo présentant des livres traitant du véganisme. 

C'est comme cela que j'ai acheté « Ne nous mangez pas » pour expliquer à ma puce, pourquoi nous ne mangions plus de viande.




Ici, pas question de mauvaises conditions dans les abattoirs, mais plutôt de bien-être animal.

On démarre avec les animaux de compagnie, ceux qui paraissent tellement naturels de ne pas les tuer pour les manger. Franchement, tu pourrais manger ton chat ? Ton chien ? Ton hamster ? Ce passage rappelle le lien, naturel, qui nous lie à nos compagnons à poils, à plumes et à écaille.



Ensuite, on en vient à ceux qui sont tués pour leurs chaires. Un tour de main que j'ai salué a été de les présenter comme étant des familles. Des familles que l'on sépare dès la naissance. On joue sur la corde sensible pour faire surgir l'empathie naturelle (et, ô combien, développé chez les enfants).

Tout en douceur, pas d'image violente, mais percutante. Poignante.




Les illustrations et les mots s'harmonisent à merveille. Les couleurs sont parfaitement choisies pour éprouver la chaleur d'un câlin entre petits et mamans. Ou pour ressentir la tristesse d'être enfermé seul, ou l'angoisse et le mal-être d'être les uns sur les autres.




Mais les animaux sont-ils les seuls à souffrir de notre mode de vie égoïste ? (si, il faut le dire!) Non, les arbres aussi. La déforestation, vous avez dû en entendre parler. Ce livre en parle aussi, à sa manière. Tout en incluant les animaux sauvages également menacés par ce comportement.



Néanmoins, l'album n'oublie pas la touche d'espoir. Si l'Humain ouvre les yeux sur son comportement, il reste une étincelle d'espoir pour sauver notre planète et vivre en harmonie avec elle. Comme s'était déjà le cas auparavant. N'oublions pas que nous ne sommes que locataires de notre belle planète.



Un beau livre, qui fait réfléchir sans heurter de force l'esprit des lecteurs. Il ouvre la porte à la réflexion.





Je le conseille à ceux et celles qui se sont déjà posé la question. À ceux qui se demande « comment font les végans ? Les végétaliens ? Les végétariens ? ». Ne vous posez plus la question, documentez-vous, renseignez-vous. Ouvrez votre esprit à la tolérance et la compréhension. =)



Une boisson avec ce livre ? Moi je dirai une bonne orangeade. Une savoureuse fraîcheur sucrée.






Logo Livraddict

Commentaires